Projet de loi 70 : Une véritable honte!

Depuis son dépôt le Affiche 20-09-1610 novembre 2015, l’ADDS Rive-Sud s’oppose vivement au projet de loi no70 (Loi visant à permettre une meilleure adéquation entre la formation et l’emploi ainsi qu’à favoriser l’intégration en emploi). Ce projet, déposé par François Blais, ministre de l’aide sociale, propose l’arrivée d’un nouveau programme : Objectif emploi. Ce nouveau programme serait un parcours obligatoire pour tous les nouveaux demandeurs d’aide sociale qui sont « sans contrainte, aptes pour travailler et en bonne santé ». Les nouveaux demandeurs d’aide sociale devraient obligatoirement entamer des démarches d’insertion à l’emploi, sous peine de pénalités financières.

Il va sans dire que l’ADDS Rive-Sud s’oppose à ce retour au « workfare ». Nous sommes d’avis que le gouvernement ne peut pas mettre une condition à un droit; et l’aide sociale en est un. Personne ne peut dire qu’il ou elle ne sera jamais sur l’aide sociale. On ne peut pas le prévoir. Ainsi, en s’attaquant à l’aide sociale, François Blais s’attaque à tout le monde.

Si le gouvernement veut réellement soutenir les personnes assistées sociales et leur permettre d’obtenir un emploi, il devrait plutôt opter pour une approche positive en leur accordant un revenu décent qui permet de sortir de la pauvreté, du stress et de l’insécurité.

Rappelons que la prestation de base d’aide sociale est de 623$ par mois, ce qui représente à peine 49% de ce qu’il faut pour combler ses besoins de bases. Dans ce contexte, la proposition du ministre Blais de couper le chèque d’une personne qui ne se présenterait pas à une rencontre est carrément indécente.

Par ailleurs, le projet de loi no70 fait face à une levée de boucliers depuis son dépôt. Organismes communautaires, organisations syndicales, professeur-e-s et expert-e-s se sont majoritairement prononcé-e-s contre le projet de loi. Malgré tout, le ministre Blais s’entête à vouloir faire passer un projet qui ne fait l’affaire de personne. En menaçant de passer le projet sous bâillon, le gouvernement balai du revers de la main les nombreuses critiques et alternatives proposées. C’est un manque total de respect envers la population.

Nous espérons tout de même que le ministre entendra raison et qu’il misera plutôt sur des mesures d’employabilité volontaires, offertes à l’ensemble des prestataires, et qui tiennent compte des aspirations et besoins des personnes. Ce n’est pas avec des menaces que nous aiderons les gens. C’est avec du soutien et du respect du vécu des personnes et de leur rythme.

Malheureusement, la possibilité que le ministre fasse marche arrière semble très mince. En effet, au moment d’écrire ces lignes, la rumeur court que le projet ferait l’objet d’un bâillon dans la semaine du 19 septembre. Ainsi, le gouvernement mettrait fin au débat sur ce projet dans le but d’accélérer son adoption.

Il est donc urgent de tenter un ultime appel au gouvernement pour qu’il recule sur son projet de loi. Nous ne resterons pas assis les bras croisés pendant que le ministre Blais crée un trou béant dans notre filet social en s’attaquant à l’aide financière de dernier recours.

Si vous souhaitez vous joindre à nous pour dénoncer le projet de loi no70, c’est un rendez-vous le 20 septembre prochain, à 11h45, au Parc de la Francophonie (coin Grande Allée et rue des Parlementaires), à Québec. Les militant-e-s de l’ADDS Rive-Sud prendront le traversier de 11h00 pour se rendre à cette action. Appelez-nous au 418-838-4774 pour vous inscrire et ajouter votre voix à la nôtre lors de cette action symbolique où nous ferons une « haie du déshonneur » pour souligner la rentrée des parlementaires. Parce que le projet de loi no70 est une honte, dénonçons-le ensemble!

+ Cliquez ici pour consulter l’évènement Facebook pour cette action !

Roxane Blanchet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *