La ministre Maltais, blâmée pour son inaction!

 

IMG_2938Communiqué de presse

Lévis, le 12 décembre 2012 – Ce matin,  l’Association pour la défense des droits sociaux Québec métro (ADDS-QM), le Regroupement des femmes sans emploi du Nord de Québec (R♀SE du Nord) et l’Association pour la défense des droits sociaux de la Rive-Sud (ADDS Rive-Sud) ont tenu un tribunal populaire devant le Palais de justice de Québec.

La ministre Agnès Maltais, principale «accusée»,  s’est vue blâmée pour son inaction et son manque de cohérence dans le dossier des pensions alimentaires pour enfant.  Par cette action théâtrale symbolique, les militantes et militants ont exigé que la Ministre agisse sans délai et respecte les engagements pris dans le passé par son parti.

Cliquez ici pour consulter l’article publié dans le journal de Lévis!

 

En effet, le Parti Québécois s’était clairement engagé à mettre fin à cette injustice, en plus de  déposer à deux reprises des projets de loi visant à exclure les pensions alimentaires pour enfants du calcul des revenus dans le cadre de plusieurs programmes sociaux québécois comme l’aide sociale, l’aide financière aux études, l’aide juridique ou l’aide au logement. Les députéEs de ce parti allant même jusqu’à qualifier cette pénalité de «profonde injustice» (Monique Richard), de «discrimination systémique» (Carole Poirier) et «d’outrage à la plus élémentaire des moralités» (Yves-François Blanchet).

Défiscalisées depuis 1997, ce changement ne profite pas aux familles qui reçoivent des prestations d’aide sociale. Steven Ouellet, porte-parole pour cette action explique : «le problème, c’est que le Ministère de l’Emploi et de la solidarité sociale considère la pension alimentaire pour enfant comme un revenu pour le parent prestataire. Pour chaque enfant, la famille ne conservera que l’équivalent de 100$ par mois.  Si la pension alimentaire qui lui est versée est de 400$, le chèque d’aide sociale de l’adulte sera coupé de 300$ ; celle-ci servira donc à payer le loyer, au lieu de profiter au développement de l’enfant». Cette année encore, près de 50 millions seront ainsi détournés des familles les plus pauvres.

Le 28 novembre dernier, Québec solidaire déposait à l’Assemblée nationale le même projet de loi que ceux déposés auparavant par le PQ.  Maintenant au pouvoir, ce dernier a plutôt décidé de ne pas appuyer le dépôt du projet.   Retardant ainsi l’adoption du projet de loi, la ministre Maltais s’est contentée de rappeler «qu’il fallait lui laisser le temps de faire les choses». Suzanne Fortin, également  porte-parole, condamne l’inaction du Parti québécois : «La ministre Maltais avait l’opportunité de mettre fin au scandale. Elle n’a aucune excuse pour expliquer ses actes. Elle sait très bien que les enfants crèvent de faim. En agissant de la sorte, le PQ a décidé de les maintenir bien enfoncés dans la pauvreté. Dans le fond, c’est un bel exemple du désengagement de l’État.»

Plus tard dans la journée, une délégation des groupes présents se rendra au Ministère pour y lire l’acte d’accusation et déposer les pièces à conviction. «Il est encore temps d’agir, mais il ne faudrait pas que le PQ laisse traîner ce dossier encore longtemps, au risque de perdre le peu de crédibilité qui leur reste», conclut Steven Ouellet.

L’ADDS-QM, R♀SE du Nord et l’ADDS Rive-Sud sont des groupes de défense de droits des personnes assistées sociales et des femmes sans emploi de la région de Québec et Chaudière-Appalaches. Ces 3 groupes sont membres du Front commun des personnes assistées sociales du Québec (FCPASQ).

-30-

Pour informations : Steven Ouellet (418) 838-4774

 

Steven O.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *