628 $ par mois, ça ne se coupe pas !

Objectif emploi :

Un clou de plus dans le cercueil de la dignité

 
Lévis, le 30 août 2017 – À quelques jours de la fin de la période de consultation sur les règlements du nouveau programme Objectif emploi (PL70), la Coalition régionale contre PL70, composée des groupes de défense des droits des personnes assistées sociales des régions de Québec et Chaudière-Appalaches et leurs allié-e-s, est allée livrer un message dans les centres locaux d’emploi du Littoral et des Quartiers-Historiques, sous la forme d’un « die-in ».

« Le message est clair : 628 $ par mois, ça ne se coupe pas! », réitère Esther Baillargeon, porte-parole de l’action du côté de Chaudière-Appalaches. « C’est notre message depuis la sortie du projet de loi 70 et nous continuerons de le marteler jusqu’à ce que le ministre Blais recule sur les obligations et pénalités comprises dans Objectif emploi. », renchérit la porte-parole.
 
La fin de la période de consultation de 60 jours est prévue pour le 10 septembre 2017. D’ici là, les groupes membres de la Coalition régionale contre PL70 invite le ministre à réviser ses priorités. « Ce qui est urgent, c’est de revoir l’ensemble de la Loi sur l’aide aux personnes et aux familles pour qu’elle vise une réelle sortie de la pauvreté, dans la dignité. Avec l’application d’Objectif emploi, le ministre rate non seulement la cible, mais il met également en péril la santé mentale et physique de milliers de personnes », déplore Mme Baillargeon. « Avec des coupures pouvant aller jusqu’à 224 $ par mois en cas de « manquement », comment le ministre espère-t-il que qui que ce soit puisse se mettre en action? Objectif emploi véhicule plusieurs préjugés. On prétend que placer les gens en situation de survie et de précarité extrême va les « aider », que ceux et celles qui subiront les coupures de chèques l’ont choisi et que c’est acceptable de créer ainsi de la grande pauvreté. Cela démontre que le gouvernement n’a pas fait ses devoirs et que le concept de dignité lui est carrément étranger. »
 
Dans un geste symbolique, les participant-e-s de l’action ont donc effectué un « die-in » pour illustrer les conséquences de l’éventuelle application d’Objectif emploi sur les conditions de vie et la dignité des personnes. Les participant-e-s ont également profité de l’occasion pour laisser des copies de leurs mémoires sur place afin de rappeler que leurs voix aussi doivent être entendues dans les consultations sur le projet de règlements.
 
La Coalition régionale contre PL70 en profite pour inviter la population à exprimer son désaccord face à cette pauvreté créée de toute pièce par le ministère, le 10 septembre, à 11h00. Le rendez-vous est donné devant le MTESS (425, rue Jacques-Parizeau).

Roxane Blanchet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *