15 ans de luttes sociales

12 février 2014

L’Association de Défense des Droits Sociaux (ADDS) de la Rive-Sud, qui milite pour l’amélioration 12-02-14des conditions de vie des personnes assistées sociales de Lévis et de la MRC de Bellechase, profitait aujourd’hui de son activité porte ouverte annuelle pour souligner ses 15 ans d’existence. Près de 40 membres, militantEs, partenaires et bailleurs de fonds se sont déplacés pour apprécier le travail accompli au fil des ans.

 AAA

À l’ADDS Rive-Sud, les militantEs croient qu’il est possible de voir le monde différemment. Suzanne Fortin, administratrice et militante au sein du groupe depuis 8 ans, s’exprime ainsi : « Le rôle de l’ADDS est de dénoncer les abus vécus par les personnes assistées sociales, de soutenir les personnes dans leurs démarches et de faire changer les mentalités. C’est l’ADDS qui m’a permis de reprendre une place active au sein de la communauté. Avant de militer à l’ADDS, jamais je n’aurais osé exprimer en public mon droit à la dignité. J’étais plutôt isolée et je ne voulais pas avouer que j’étais sans-emploi. »

  AAA

Reprendre confiance et affirmer le droit à la dignité, ce n’est pas une mince affaire. Pour Steven Ouellet, également porte-parole pour l’événement, les préjugés à l’égard des personnes assistées sociales sont lourds de conséquences et beaucoup de travail de sensibilisation reste à faire : « Le rôle des préjugés, c’est d’écraser les personnes, les faire taire et les inciter à accepter n’importe quel emploi, à n’importe quelle condition. » Parmi les préjugés les plus tenaces, il y a celui qui dit qu’il fait bon vivre à l’aide sociale et que les personnes assistées sociales ont fait le choix de se retrouver là. Mme Fortin n’en revient tout simplement pas : « Comment peut-on affirmer qu’il fait bon vivre à l’aide sociale, alors que près de 38 % des personnes assistées sociales reçoivent un chèque de 610 $ par mois? Lorsque nous revendiquons ouvertement l’amélioration de leurs conditions de vie, avec slogans et pancartes, dans la rue ou devant le parlement, c’est avant tout pour faire valoir le droit à la dignité. »

 

Loin de faire la promotion de l’oisiveté et de l’inactivité, l’association propose plutôt de revoir les mécaniques du marché de l’emploi et le système de valeurs lié au monde du travail. Dans le système actuel, axé sur le rendement et la compétition, des milliers de personnes sont exclues. Monsieur Ouellet en ajoute : « Il est faux d’affirmer qu’il y a des emplois pour toutes et tous, en tout temps. Si c’était réellement le cas, il n’y aurait personne au chômage. La collectivité doit pouvoir compter sur l’ensemble de sa population et chaque personne doit avoir l’opportunité d’y prendre sa place. Mais pour ça, il faudrait revoir les règles du jeu. »

  AAA

La portée de l’ADDS de la Rive-Sud ne serait pas la même sans le soutien financier de Centraide Québec et Chaudière-Appalaches pour qui la défense de droits est une composante importante de la lutte contre la pauvreté. « Pour Centraide, la défense de droits fait partie des interventions par lesquelles on cherche à exercer une influence sur les conditions sociétales génératrices de pauvreté. Les organismes qui œuvrent en défense de droits ont le mérite d’attirer l’attention sur les conditions qui menacent ces droits, d’informer et d’accompagner les personnes et de contribuer à une société plus inclusive et plus juste, » affirme Mme Céline Trudel, directrice du Soutien du développement des communautés pour Centraide Québec et Chaudière-Appalaches.

 AAA

Cliquez ici pour accéder à l’article paru à ce sujet dans le Journal de Lévis

.

Cliquez ici pour accéder à l’article paru à ce sujet dans Le Peuple Lévis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *